Mes Chroniques »

Joyeux Noël !

07/11/2017 – 3:36 | No Comment | 197 views

Ma chronique d’aujourd’hui sera davantage une lettre ouverte qu’une véritable chronique. Cette lettre s’adresse à la municipalité de Bastia, ville d’où ces lignes sont écrites, mais aussi et très certainement à la plupart des municipalités …

Read the full story »
Actualités
Histoire
Actualités
Tourisme
Corsica
Home » Mes Chroniques

2012: annus horribilis

Submitted by on 25/12/2012 – 10:23 No Comment | 4 365 views

L’année 2012 va se terminer comme elle a commencé. Mal.

La Syrie sombre chaque jour davantage dans l’horreur des massacres et des dévastations causées par les forces du régime et par celles de l’opposition armée. Le printemps arabe se transforme de plus en plus en hiver obscurantiste, que ce soit en Tunisie ou en Égypte. Quant au conflit israélo-palestinien, il semble de plus en plus insoluble. Là comme dans les deux pays précités, la vague intégriste gagne du terrain. Ces fondamentalistes exigent l’établissement d’un État islamique « du Jourdain à la mer », niant ainsi le droit d’Israël à exister, et celui des Chrétiens et des Juifs à vivre sur leur terre sainte. Comment négocier, dans de telles conditions, quand l’une des parties a pour but l’éradication de l’autre ? Certes, le gouvernement israélien actuel ne semble guère faire de gestes pouvant favoriser l’établissement d’un climat propice à la reprise d’éventuelles négociations.

En Afrique subsaharienne, certains signes encourageants sont apparus durant l’année. Des élections authentiquement démocratiques se sont une fois de plus déroulées au Sénégal et au Ghana. Une transition pacifique a eu lieu au Malaŵi, après le décès du président, et une femme est arrivée au pouvoir, la deuxième du continent. Mais, à côté de ces trois exemples positifs, plusieurs pays se sont enfoncés dans des crises et des tragédies. Le Mali, dont ont citait en exemple la démocratie il y a encore quelques années, a connu le pire. Tout d’abord le coup d’État le plus stupide de son histoire, un mois avant la date prévue pour les élections présidentielles. Puis la prise en otage de plus de la moitié du pays par des groupes encore plus obscurantistes que leurs homologues de Gaza, de Tunisie et d’Égypte. Anéantissement d’un patrimoine architectural et culturel multiséculaire, flagellations, amputations et même lapidations ont été à l’ordre du jour pendant les huit derniers mois de cette année 2012.  Ces groupes qui terrorisent et qui oppriment les Maliens du Nord ne sont que les instruments des terroristes salafistes étrangers qui sont parvenus à se constituer une solide base opérationnelle dans ces étendues désertiques du Sahara, après avoir échoué à imposer leur vision moyenâgeuse à leur pays, l’Algérie.

La République Centrafricaine semble s’enfoncer dans une guerre dont on ne parle pas. L’État n’a plus d’État que le nom. Différents groupes armés terrorisent la population dans une grande partie du pays. En cette fin d’année, l’armée tchadienne a franchi la frontière pour prêter main forte au régime de Bangui. Les desperados du fou venu d’Ouganda, Joseph Kony, tuent, kidnappent, pillent en toute impunité, malgré la présence de troupes ougandaises. Vingt années de crimes odieux au nord de l’Ouganda ne semblent pas avoir suffi à Kony. Il s’en prend désormais à la population centrafricaine.

Qu’en est-il des pays qui me tiennent particulièrement à cœur, pour y avoir vécu? Dans l’est du Congo-Zaïre, de faux rebelles, créatures de deux pays voisins, continuent à défier le monde en occupant une partie du Kivu, en pillant, tuant et violant. L’armée censée protéger la population ne vaut guère mieux dans ce domaine. En novembre, le groupe armé créé de toute pièce par le dictateur de Kigali est même parvenu à s’emparer de la ville de Goma, chef-lieu du Nord-Kivu.  Les Kivutiens, pris entre le marteau et l’enclume, ont donc vécu un autre Noël de désespoir, comme le précédent, comme celui d’avant !

Que devient le Soudan du Sud? L’indépendance n’a pas tenu ses promesses. Les conflits tribaux se juxtaposent aux conflits frontaliers avec le Soudan, le pauvre est toujours pauvre tandis qu’une poignée de « libérateurs » s’enrichit de manière éhontée. Pour les Sud-Soudanais, Noël ne sera pas un Noël de paix.

Au Malawi, Noël 2012 a été un Noël de paix, mais un Noël dans le dénuement, malgré une transition politique réussie. Sauf pour une petite élite qui affiche une richesse insolente au milieu d’une population misérable se débattant entre le marasme économique, le manque de carburant et le chômage.

Alors que certains milieux « bien pensants » s’émeuvent face à une soi-disant montée d’ « islamophobie » en France, peu de voix s’élèvent pour condamner les massacres de Chrétiens au nord du Nigeria. Dans cette région, il n’y pas eu de trêve pour Noël. Une église a été attaquée pendant la messe de minuit, le célébrant et plusieurs fidèles ont été tués. Cette nouvelle attaque fait  suite à de nombreuses autres, toujours meurtrières, durant toute cette année 2012. Ailleurs en « terre d’islam », il est toujours difficile d’être chrétien, que ce soit en Égypte, en Irak ou au Pakistan.

Des signes encourageants sont cependant venus d’un pays d’Asie : depuis 1962, la Birmanie semblait s’enfoncer dans un désespoir toujours plus profond, sous la botte de militaires corrompus et sans scrupule. Or, elle semble désormais engagée dans un réel processus démocratique et le peuple birman exprime avec exubérance sa soif de liberté.

La Corse, d’où j’écris ces lignes, n’a pas pu, elle aussi célébrer un véritable Noël de paix, entre la sinistre comptabilité des assassinats non élucidés, la spéculation immobilière mafieuse effrénée, les nuits bleues et les prisonniers qui ont « célébré » cette fête loin des leurs, aux quatre coins de la carte carcérale de l’Hexagone continental. Yvan Colonna, condamné à la perpétuité sans preuve ni aveux, passera un 10ème Noël loin de son île, loin de sa famille, malgré l’alternance politique qu’a connu la France en mai.

Il est décidément bien difficile de ne pas être pessimiste, en celle fin d’annus horribilis.

Hervé Cheuzeville

Bastia, 25 décembre 2012.

Leave a comment!

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.

You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar.

JavaScript est actuellement désactivé. Afin de pouvoir poster un commentaire, s'il vous plaît contrôlez que les Cookies et JavaScript sont activés puis rechargez la page. Cliquez ici pour savoir comment activer JavaScript dans votre navigateur.