Mes Chroniques »

Pour une mise hors la loi de l’islamisme politique

20/08/2017 – 8:15 | No Comment | 215 views

Mon dernier livre, « Prêches dans le désert[1] », paru au début de cette d’année, n’est pas vraiment constitué de prêches. Les différentes chroniques qui le composent constituent plutôt un cri. Un cri d’alarme, un cri d’indignation …

Read the full story »
Actualités
Histoire
Actualités
Tourisme
Corsica
Home » Actualités, Histoire

Burundi : la descente aux enfers ?

Submitted by on 17/11/2015 – 4:26 No Comment | 1 867 views
plage du lac Tanganyika

plage du lac Tanganyika

A l’initiative de la France, le Conseil de Sécurité des Nations Unies s’est réuni, lundi 9 novembre, pour discuter de la situation au Burundi. Enfin ! Jusqu’à présent, les dirigeants occidentaux étaient très occupés avec la crise syrienne et les centaines de milliers de migrants et autres réfugiés qui affluent vers – et à travers – l’Europe. Les projecteurs de nos grands médias étaient quant à eux braqués dans la même direction. La crise qui se développe depuis des mois au Burundi ne semblait pas attirer d’attention internationale. Depuis des mois, dans différents articles et lors d’émissions de radio, je n’ai eu de cesse que de tenter de tirer le signal d’alarme au sujet du Burundi. Ce pays, où j’ai vécu quelques mois alors qu’il semblait avoir atteint le fond de l’abîme, a eu, depuis plus d’un demi-siècle, plus que sa part de massacres. L’histoire est-elle en train de se répéter ? La vie politique du Burundi semble toujours avoir été marquée du sceau de la violence.

Violence avant même l’indépendance, lorsque, le 13 octobre 1961, le charismatique prince Louis Rwagasore, fils du Mwami et leader de l’UPRONA, devenu chef du gouvernement depuis seulement 14 jours, fut assassiné par un jeune Grec, sans doute manipulé par le pouvoir colonial belge. L’UPRONA venait de remporter les élections législatives.

Violence encore lorsque 15 janvier 1965 le premier ministre Pierre Ngendandumwe fut à son tour assassiné. Triste année que cette année-là qui vit ensuite des militaires hutu tuer d’autres militaires, tutsi ceux-là, puis des politiciens hutu être éliminés par des politiciens tutsi. Ces tueries entre tutsi et hutu allaient se reproduire, cycliquement, durant les décennies suivantes et marquer durablement la vie politique burundaise.

Violence toujours, en 1969, lorsque des politiciens et des militaires hutu furent arrêtés et tués par le régime militaire à dominante tutsi.

Paroxysme de violence, surtout, en 1972. D’abord lorsque l’ancien roi Ntare V fut assassiné par les militaires au pouvoir, alors que des insurgés hutu tentaient de renverser le régime militaire tutsi. Puis quand ce dernier se rendit responsable d’une tuerie sans précédent : 100 000 personnes, voire plus, essentiellement hutu, furent impitoyablement massacrées. Cette épouvantable tragédie en annonçait malheureusement d’autres, tant au Burundi qu’au Rwanda voisin.

La violence, toujours la violence, en 1988, lorsque de nouveaux massacres firent 20 000 victimes. Et, durant toutes ces années 60, 70 et 80, une succession de régimes militaires toujours dirigés par des officiers tutsi, tous originaires de la même localité de Rutovu, dans la province Bururi : le capitaine Michel Micombero qui prit le pouvoir en 1965 et qui mit fin à la monarchie fut renversé en 1976 par le colonel Jean-Baptiste Bagaza, lui-même chassé du pouvoir par le major Pierre Buyoya en 1987. Ce dernier militaire eut pour mérite de tenter d’apaiser les tensions entre les Hutu et les Tutsi en menant la politique dite d’« unité et de réconciliation », afin de renforcer la cohésion nationale. Il fit entrer autant de Hutu que de Tutsi dans ses gouvernements et eut le courage de mettre son pays sur la voie de la démocratie, avec la tenue d’élections multipartites en 1993. Élections qu’il perdit, les Hutu, majoritaires, ayant voté pour le candidat d’opposition, Melchior Ndadaye, un Hutu. Buyoya eut l’élégance d’accepter le résultat et de se retirer en transmettant le pouvoir au vainqueur. Mais ses anciens collègues de l’armée eurent moins de scrupules puisque, trois mois seulement après son élection, Ndadaye fut arrêté par des militaires et tué, ainsi que plusieurs de ses ministres et que le président du Sénat et le vice-président de l’Assemblée Nationale.

Terrible période que ces années 1993-1996 qui virent le Burundi être ensanglanté par la guerre civile, à la suite de l’assassinat du président Ndadaye. Combien de Burundais périrent durant ces années-là ? Pas moins de 200 000. Victimes de combats entre armée à dominante tutsi et rébellion hutu, mais surtout victimes de massacres aveugles commis de part et d’autre : hommes, femmes et enfants hutu exécutés par la soldatesque tutsi, hommes, femmes et enfants tutsi éliminés par des hommes armés de la rébellion hutu, aveuglés par la haine.
Le pire, dans cette violence génocidaire qui débuta en 1993, c’est qu’elle contribua probablement à engendrer le génocide rwandais. Tout ce qui se produisait au Burundi était colporté, exagéré, utilisé par les factions rwandaises qui y trouvèrent des arguments pour se radicaliser et exacerber la haine. L’assassinat des dirigeants hutu burundais, perpétré par des militaires tutsi, renforça la conviction des extrémistes hutu rwandais qu’il ne fallait reculer devant rien pour tenter de sauver le pouvoir hutu, au Rwanda. Les massacres de civils tutsi burundais redoublèrent l’ardeur des combattants tutsi rwandais à en finir avec un régime à dominante hutu. L’homme qui assurait l’intérim de la présidence burundaise, Cyprien Ntaryamira, fut d’ailleurs victime des évènements rwandais, puisqu’il mourut aux côtés du président Juvénal Habyarimana lorsque l’avion présidentiel de ce dernier fut abattu en phase d’atterrissage, à Kigali, le 6 avril 1994. Les deux guerres civiles s’entremêlèrent souvent, puisque des Burundais ou des réfugiés rwandais au Burundi combattirent au Rwanda et que l’inverse se produisit également.

En 1996, Pierre Buyoya, le militaire putschiste de 1987, le président sortant défait en 1993, revint au pouvoir. Non, il ne fit pas vraiment un nouveau coup d’État. Il se contenta de ramasser ce qui restait de pouvoir dans un pays à feu et à sang. La communauté internationale riposta en isolant le Burundi, en votant des sanctions contre lui. Buyoya engagea cependant des négociations avec la rébellion et un accord de paix fut signé à Arusha en l’an 2000, permettant ainsi au pays de sortir de l’engrenage sans fin de la violence et de s’engager dans une période de transition. Cette transition permit l’intégration de l’opposition hutu aux institutions de la République. En 2003 Pierre Buyoya céda la présidence au vice-président hutu issu de cette opposition, Domitien Ndayizeye. Cette période s’acheva en 2005 avec l’adoption d’une nouvelle constitution et l’organisation d’élections. Ces dernières virent la victoire sans appel de l’ancien chef de la rébellion armée, Pierre Nkurunziza, et de son mouvement, le CNDD-FDD , transformé en parti politique. Le nouveau président est le fils d’un politicien hutu, tué lors des massacres de 1972. Réélu pour un second mandat en 2010, Nkurunziza s’est à nouveau présenté en 2015, foulant ainsi aux pieds les accords de paix d’Arusha qui stipulaient, dans leur article 7, que le président « est élu pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois. Nul ne peut exercer plus de deux mandats présidentiels. » C’est cette insistance à se représenter qui provoqua la crise politique de 2015. La Cour Constitutionnelle valida pourtant sa candidature, mais le vice-président de cette même cour s’enfuit en Belgique, dénonçant les pressions exercées sur lui-même et sur ses pairs, ainsi que les menaces de mort. Depuis le mois d’avril, Bujumbura a été le théâtre d’imposantes manifestations contre cette nouvelle candidature. En mai, il y eut même une tentative de coup d’État, organisée par un ancien chef d’état-major qui se réfugia au Rwanda après l’échec du putsch. La médiation est-africaine, menée par le chef de l’État ougandais, n’a pas permis de trouver une sortie de crise, le président ne renonçant pas à sa candidature et l’opposition demeurant ferme sur ses principes. Il y avait d’ailleurs une certaine ironie dans la désignation de Yoweri Museveni comme « médiateur » ! Cet homme, arrivé au pouvoir en Ouganda 1986 après avoir eu le dessus dans une épouvantable guerre civile, est demeuré depuis lors à la tête de son pays en modifiant la constitution à sa convenance et en se présentant à des élections gagnées d’avance. Au moment même de sa désignation, il préparait d’ailleurs sa candidature pour les élections de 2016. Quelle crédibilité un tel homme pouvait-il avoir auprès d’une opposition burundaise luttant contre une nouvelle candidature de Nkurunziza ? Les élections burundaises, tant législatives que présidentielles, eurent lieu, mais elles furent boycottées par l’opposition. C’est donc sans surprise que le CNDD-FDD remporta la majorité absolue lors des législatives de juin et que le président-candidat gagna son troisième mandat aux présidentielles de juillet. Cependant, ces victoires ne découragèrent ni l’opposition ni les manifestants, malgré la répression policière. Depuis, la violence n’a pas cessé, en particulier dans les quartiers de la capitale acquis à l’opposition. Des gens disparaissent, d’autres sont arrêtés et, pour certains, leurs corps criblés de balles sont ensuite retrouvés dans la rue. La société civile burundaise n’a pas été épargnée par ce nouveau cycle de violences. Pierre-Claver Mbonimpa, un activiste des droits de l’Homme renommé, déjà plusieurs fois arrêté, a ainsi réchappé de justesse à une tentative d’assassinat, le 3 août. Blessé par balles, il a été évacué en Belgique, où il se trouve encore, en convalescence. Le 9 octobre, c’est son son gendre qui a été assassiné. Le 6 novembre, le corps de son plus jeune fils a été retrouvé au bord d’une rue. Quelques heures plus tôt, il avait été arrêté par la police. Selon des témoins, le corps portait des traces de blessures par balles. Dans la nuit du 7 au 8 novembre, ce sont 9 personnes qui furent froidement abattues dans un bar, par des hommes en uniformes. Les propos menaçants de certains officiels, en particulier ceux du président du Sénat, n’ont fait qu’exacerber la tension, laissant craindre que des massacres de grande ampleur ne soient en préparation. Durant tous ces mois de crise, des dizaines de milliers de Burundais ont préféré prendre le chemin de l’exil, au Rwanda et en Tanzanie, comme à l’époque de la guerre civile.

Le Rwanda, dirigé d’une main de de fer depuis 1994 par un dictateur tutsi, Paul Kagame, semble déterminé à déstabiliser son voisin. Le général burundais auteur du putsch manqué de mai y a reçu bon accueil et il semble avoir la volonté de mener la lutte armée contre Nkurunziza depuis le Rwanda. Ces derniers jours, Kagame s’est livré à de violentes attaques verbales contre son collègue burundais, l’accusant de se préparer à massacrer son peuple. Il est vrai que Kagame est un spécialiste de la question, puisqu’il est lui-même arrivé au pouvoir grâce à deux massacres de grande ampleur, l’un commis par ses ennemis, l’autre par ses propres troupes. Kagame semble cependant oublier un détail : c’est la volonté de Nkurunziza, au pouvoir depuis 10 ans seulement, d’être élu pour un troisième mandat qui a déclenché l’actuelle crise burundaise. Or, le dictateur rwandais, au pouvoir depuis 21 ans, est en train de faire modifier la constitution afin de parvenir à se représenter en 2016 et – pourquoi pas ? – de demeurer au pouvoir jusqu’en 2034 ! Pourquoi ce qui est inadmissible au Burundi le serait-il moins au Rwanda ? Pourquoi la communauté internationale s’est-elle montrée si véhémente à l’égard du président burundais et si discrète au sujet du processus engagé au Rwanda ? Et surtout, pourquoi Kagame est-il tellement persuadé que le peuple rwandais demeurera indéfiniment docile sous sa férule, alors que le peuple burundais n’a pas hésité à descendre dans la rue pour faire entendre sa voix ? Kagame a donc bien tort de jeter de l’huile sur le feu burundais, car le brasier rwandais risquerait bien, lui aussi, de se rallumer. Il sera alors bien difficile de l’étouffer.

Rwanda et Burundi sont deux pays voisins de langue et de culture similaires. Leurs sociétés sont divisées par le même clivage hutu-tutsi, et toutes deux ont été traumatisées par des éruptions de violences qui firent des centaines de milliers de victimes, tant hutu que tutsi. Tout ce qui se passe dans l’un des deux pays a toujours des répercussions dans l’autre. Il est donc urgent de tout entreprendre pour arrêter l’engrenage sanglant au Burundi, dans l’intérêt des deux peuples. Le Burundi est un pays magnifique. Ses montagnes verdoyantes plongent dans les eaux bleues de l’incomparable lac Tanganyika. Sa terre est fertile et suffirait largement à nourrir sa population. Ses troupeaux de vaches aux cornes immenses sont la fierté de leurs éleveurs. Ses athlétiques et talentueux tambourinaires ont fait la renommée du pays à travers le monde. Le peuple burundais, après avoir surmonté tant d’épreuves tragiques, mérite de vivre en paix, en paix avec lui-même. Le président Nkurunziza saura-t-il sortir de sa crise de paranoïa actuelle et prendre l’initiative d’un véritable dialogue inter-burundais ? En agissant ainsi, il se grandirait et gagnerait sa place dans l’Histoire du Burundi et celle de l’Afrique. L’un de ses prédécesseurs, Pierre Buyoya, a su, à deux reprises, renoncer au pouvoir et le transmettre pacifiquement. Aujourd’hui, Buyoya compte parmi les sages de l’Afrique, continent qu’il parcourt inlassablement afin d’offrir ses services d’homme de paix. Puisse Pierre Nkurunziza suivre son exemple !

Hervé Cheuzeville, 10 novembre 2015

NB: Une version de cet article a été publiée par Vexilla Galliae le 11 novembre 2015.

Leave a comment!

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.

You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar.

JavaScript est actuellement désactivé. Afin de pouvoir poster un commentaire, s'il vous plaît contrôlez que les Cookies et JavaScript sont activés puis rechargez la page. Cliquez ici pour savoir comment activer JavaScript dans votre navigateur.