Mes Chroniques »

Pour une mise hors la loi de l’islamisme politique

20/08/2017 – 8:15 | No Comment | 218 views

Mon dernier livre, « Prêches dans le désert[1] », paru au début de cette d’année, n’est pas vraiment constitué de prêches. Les différentes chroniques qui le composent constituent plutôt un cri. Un cri d’alarme, un cri d’indignation …

Read the full story »
Actualités
Histoire
Actualités
Tourisme
Corsica
Home » Actualités

Ouganda: des sacrifices humains au XXIe siècle ?

Submitted by on 17/04/2013 – 9:13 No Comment | 3 361 views

 

Je suis en Ouganda depuis quelques jours. À peine arrivé, je suis tombé sur le « Daily Monitor[1] », l’un des quotidiens du pays et je l’ai parcouru dans la voiture qui m’amenait à Kampala, la capitale. Un article en pages intérieures attira plus particulièrement mon attention. Il s’intitulait : « Une femme de Ntungamo offre son bébé dans un sacrifice rituel ». L’auteur de l’article, Peter Rumanzi, narrait l’histoire d’une femme de 28 ans, arrêtée par la police dans une région rurale, et de son mari, encore en fuite. Selon la police, le couple aurait tué leur petite fille de 3 mois avant d’utiliser ses restes dans un sinistre rituel, destiné à assurer le succès de leur projet : ils venaient d’acheter un moulin à moteur, pour moudre les céréales, et espéraient en tirer le plus grand profit.

Cette horrible histoire rapportée par le « Daily Monitor » me ramena plusieurs années en arrière, lorsque je vivais en Ouganda. Arrivé dans ce pays au milieu des années 90, j’y ai fréquemment entendu des rumeurs au sujet de sacrifices d’enfants. Au début, je ne voulais pas y croire, pensant qu’il s’agissait de racontars, au même titre que les histoires de cannibalisme propagées au début de l’époque coloniale. Or, il ne s’agissait pas d’affabulation, mais d’une triste réalité. Des meurtres rituels d’enfants étaient bel et bien pratiqués en Ouganda, particulièrement dans la région centrale. Durant toutes ces années passées dans ce pays, j’eus souvent l’occasion de lire d’horribles histoires dans les journaux locaux, telles que celle que je venais de découvrir dans le « Daily Monitor ». Les faits, toujours épouvantables, variaient. Dans nombre de cas, il s’agissait d’enfants enlevés puis livrés à des sorciers afin d’être sacrifiés. Ces derniers accomplissaient ces abominables rituels « sur commande », pour le compte d’entrepreneurs désireux d’assurer le succès d’une nouvelle entreprise. À l’époque, la rumeur prétendait même que les grands immeubles de Kampala auraient été construits avec ce rituel en préalable. Le corps de chacun des enfants sacrifiés serait d’ailleurs enseveli dans les fondations de ces bâtiments. S’agissait-il seulement de rumeurs, de simples exagérations ? Je me le demandais toujours lorsque je contemplais l’horizon citadin se hérisser de plus en plus de gratte-ciel ultramodernes.

Un missionnaire, Frère Albert, qui vit en Ouganda depuis près d’un demi-siècle, m’a malheureusement confirmé l’ampleur du problème. Il travaille dans une école primaire du centre du pays. Frère Albert m’a dit avoir été témoin de tentatives d’enlèvements de plusieurs de ses élèves, garçons ou filles. Il a même rencontré des parents de jeunes victimes. Selon lui, la croyance voudrait que, pour être efficace, le sacrifié soit un enfant « intact », c’est-à-dire sans aucune cicatrice ou marque corporelle. Les lobes d’oreilles des fillettes ne doivent pas être percés, les jeunes garçons ne doivent pas être circoncis. Le Frère Albert en est même arrivé à exiger que les parents d’élèves fassent percer les lobes d’oreilles de leurs filles avant de les inscrire à l’école.

Les journaux ougandais osent parfois rapporter de tels faits, aussi horribles qu’ils soient. Mais le sujet semble encore tabou en Ouganda. L’éradication de telles pratiques venues d’un autre âge ne semble pas être la toute première priorité du gouvernement qui doit faire face à de multiples défis : pandémie du VIH/SIDA, explosion démographique, déforestation massive, dégradation de l’environnement et corruption rampante, pour n’en citer que quelques-uns.

Cependant, les sacrifices humains ne devraient-ils pas être vigoureusement et ouvertement combattus partout? L’éducation devrait jouer un rôle de premier plan dans cette lutte. Les auteurs de tels actes ainsi que leurs commanditaires devraient être traqués sans merci, aussi riches et puissants qu’ils soient. Leurs procès devraient recevoir le maximum de publicité en Ouganda et ailleurs dans le monde. Il faut absolument arriver à faire reculer et même éradiquer ces ignobles pratiques, qui ne sont pas sans rappeler les meurtres rituels d’albinos toujours pratiqués en Tanzanie et au Burundi voisins. Il en va de la réputation de le « Perle de l’Afrique[2] ».   

Hervé Cheuzeville, 16 avril 2013

(Travailleur humanitaire et auteur de quatre livres: « Kadogo, enfants des guerres d’Afrique centrale » (L’Harmattan, 2003), « Chroniques africaines de guerres et d’espérance » (Éditions Persée, 2006), « Chroniques d’un ailleurs pas si lointain – Réflexions d’un humanitaire engagé » (Éditions Persée, 2010) et « Carnets de routes » (à paraitre prochainement).


[1] Daily Monitor, 12 avril 2013, page 3

[2] Nom donné à l’Ouganda par le jeune lieutenant Winston Churchill à la fin du XIXe siècle, alors qu’il séjournait dans ce pays.

Leave a comment!

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.

You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar.

JavaScript est actuellement désactivé. Afin de pouvoir poster un commentaire, s'il vous plaît contrôlez que les Cookies et JavaScript sont activés puis rechargez la page. Cliquez ici pour savoir comment activer JavaScript dans votre navigateur.