Mes Chroniques »

Pour une mise hors la loi de l’islamisme politique

20/08/2017 – 8:15 | No Comment | 207 views

Mon dernier livre, « Prêches dans le désert[1] », paru au début de cette d’année, n’est pas vraiment constitué de prêches. Les différentes chroniques qui le composent constituent plutôt un cri. Un cri d’alarme, un cri d’indignation …

Read the full story »
Actualités
Histoire
Actualités
Tourisme
Corsica
Home » Actualités

Indignation sélective, encore et toujours

Submitted by on 10/02/2017 – 11:41 No Comment | 324 views

La décision unilatérale du président Donald Trump d’interdire, pendant trois mois, l’entrée aux États-Unis des ressortissants de  sept pays majoritairement musulmans (Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen) est condamnable tant du point de vue diplomatique que du point de vue humain. Cette mesure est trop brutale et ses conséquences sont souvent dramatiques pour nombre de résidents étrangers vivant aux États-Unis qui se sont soudainement retrouvés bloqués dans des aéroports, dans l’impossibilité de monter à bord d’avions devant les ramener chez eux.

Mais cette initiative du nouveau président est surtout contestable pour son manque d’efficacité. Aucun des terroristes qui commirent le pire attentat terroriste qu’aient connu les États-Unis, le 11 septembre 2001, n’était originaire des pays visés par la décision de Donald Trump. Ils étaient, dans leur majorité, natifs du Royaume d’Arabie Saoudite. Pourquoi ce pays n’a-t-il pas été inclus dans la liste ? Faut-il rappeler également que la plupart des actions terroristes qui ont endeuillé les États-Unis depuis une vingtaine d’années ont été l’œuvre de citoyens étasuniens ? A-t-on déjà oublié Oklahoma City?  Le décret présidentiel n’empêchera jamais un ressortissant ou un résident US de perpétrer de tels actes sur le territoire des États-Unis. On peut aussi mettre en question la logique qui a poussé Trump à inclure l’Irak dans sa liste noire. Ce pays est un allié-clef de son pays dans la lutte contre le terrorisme islamiste. Cinq mille militaires étasuniens sont présents sur le sol irakien afin d’aider l’armée irakienne à venir à bout de la peste noire qui tient encore Mossoul, la seconde ville du pays, et une grande partie du territoire. Je ne suis pas certain que l’inclusion de l’Irak dans la liste présidentielle puisse renforcer la cohésion et l’efficacité de l’alliance contre le pseudo État islamique.

Il est aussi une autre question qui semble avoir échappé à tous ceux qui hurlent contre le décret présidentiel. Depuis des décennies, l’Algérie, le Bangladesh, le Brunei, l’Irak, l’Iran, le Koweït, le Liban, la Libye, la Malaisie, le sultanat d’Oman, le Pakistan, l’Arabie Saoudite, le Soudan, la Syrie et d’autres interdisent l’accès à leur territoire aux porteurs de passeports israéliens. Ils interdisent même cet accès aux détenteurs d’autres passeports dans lesquels figureraient des tampons de l’État hébreu (fort heureusement, l’immigration israélienne a depuis longtemps cessé de tamponner les passeports étrangers, se contentant de remettre un coupon informatisé aux voyageurs entrant dans le pays, qui est ensuite repris à la sortie !) Cette scandaleuse pratique n’a jamais été dénoncée par qui que ce soit et surtout pas par ceux qui feignent aujourd’hui l’indignation face à la décision de Donald Trump. Précisons qu’Israël n’interdit pas l’accès de son territoire aux porteurs de passeports des pays précités, même si des examens approfondis sont effectués, au cas par cas, pour les demandes de visas d’entrée venant de citoyens de pays avec lesquels il est encore en état de guerre. J’ajoute que des centaines de milliers de citoyens israéliens sont natifs de ces pays qui interdisent l’entrée sur leur sol de visiteurs porteurs de passeports de l’Etat hébreu. Cette mesure touche donc cruellement nombre d’hommes et de femmes qui souhaiteraient revoir le pays de leur enfance, le pays où vécurent leurs aieux et où, souvent, ils reposent. M’étant souvent rendu au Bangladesh, je me rappelle encore mon incompréhension lorsque j’ouvris pour la première fois  un passeport de ce pays: il y était écrit en toute lettres, sur la première page intérieure du document, que « ce passeport est valide pour tous les pays du monde sauf Israël » ! Y a-t-il le moindre contentieux entre Israël et le Bangladesh ? Israël a-t-il jamais mené une politique hostile aux intérêts de ce pays ? Non. Mais par « suivisme » islamique, le Bangladesh se solidarise de la « Palestine » et nie l’existence même de l’État hébreu. L’Indonésie ou la Malaisie, sans parler du Pakistan font de même. C’est triste, vraiment. Les pays musulmans non arabes pourraient au contraire jouer un rôle modérateur dans le conflit israélo-palestinien. Malheureusement, ils font souvent de la surenchère et ont tendance à vouloir être « plus royalistes que le roi » !

Pour ma part, pour m’associer au concert de dénonciations visant l’initiative de Donald Trump, je préfère attendre le jour où cette indignation universelle visera aussi les mesures de ségrégation anti-israélienne mises en place depuis tant d’années par la plupart des États arabo-musulmans.

Hervé Cheuzeville, 30 janvier 2017

NB: une première version de cet article est parue dans le « Times of Israel » en français le 1er février 2017: http://frblogs.timesofisrael.com/indignation-selective-encore-et-toujours/?utm_source=A+La+Une&utm_campaign=a6c2148335-EMAIL_CAMPAIGN_2017_02_01&utm_medium=email&utm_term=0_47a5af096e-a6c2148335-54702925

Leave a comment!

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.

You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar.

JavaScript est actuellement désactivé. Afin de pouvoir poster un commentaire, s'il vous plaît contrôlez que les Cookies et JavaScript sont activés puis rechargez la page. Cliquez ici pour savoir comment activer JavaScript dans votre navigateur.