Mes Chroniques »

Vergogna!

04/08/2020 – 12:47 | 2 Comments | 1380 views

Dimanche 2 août 2020, je suis retourné à Pianellu, pour la quatrième édition de « in giru a l’arburu« , une rencontre co-organisée par l’association Terra-Eretz et le Foyer rural du village. Depuis la première année (2017), …

Read the full story »
Actualités
Histoire
Actualités
Tourisme
Corsica
Home » Actualités

La République « une et indivisible » est morte!

Submitted by on 03/06/2020 – 9:51 No Comment | 569 views

« La République est une et indivisible » : inventé par la Révolution française en 1792, ce dogme républicain fut ensuite légué aux Républiques qui succédèrent à la première du nom. Cet héritage est revendiqué encore aujourd’hui par la Ve République, fondée en 1958. Il est d’ailleurs inscrit dans l’article premier de la Constitution de ladite République.

Pour ma part, j’ai toujours trouvé ce dogme profondément absurde. Car ce qui est vrai à Dunkerque ne l’est pas nécessairement à Bonifacio (pour ne plus dire Tamanrasset!). Parce que les lois et les décrets qui sont applicables en Ile-de-France sont bien souvent hors propos en Corse ou en Outre-Mer. Ce dogme de l’unité et de l’indivisiblilité est en fait le mythe fondateur du jacobinisme centraliste français qui a sclérosé la France depuis deux siècles.

Les élections municipales de 2020 révèlent cependant une contradiction de taille: la Ve République version Emmanuel Macron vient de violer le dogme que l’on croyait intangible et sacro-saint: où est l’unité, où est l’indivisbilité lorsque certaines communes de France ont élu leurs édiles dès le premier tour en mars alors que les autres ne pourront le faire, au mieux, qu’à la fin du mois de juin?

Les circonstances politiques, économiques et sociales qui prévalaient en mars sont-elles les mêmes que celles qui prévaudront plus de trois mois plus tard? Certainement pas, car la crise causée par le Covid-19 et le confinement sont passés par là. Ils ont eu un profond impact  sur la société française. Cette crise a certainement servi de révélateur dans bien des domaines. Les électeurs qui ont élu une équipe pour diriger leur ville ou leur village en mars auraient-ils fait le même choix s’ils avaient dû voter en juin? Peut-être pas. Et le choix des électeurs qui voteront au second tour sera-t-il la suite logique de celui qu’ils firent trois mois plus tôt? Pour beaucoup, cela ne sera pas le cas. Car la crise de ces derniers mois  et sa gestion, tant au niveau national que local, ont eu un indéniable impact sur l’opinion de ces électeurs! Ils ont pu observer jour après jour, depuis leur confinement, l’action des gouvernants face à l’urgence, et ils n’ont pas non plus été totalement imperméables aux critiques émises par les oppositions, tant à Paris que dans leurs communes.

Une autre incongruité mettant à mal le dogme d’unité et d’indivibilité est le fait que les conseils municipaux et les maires qui seront élus en juin et juillet prochain auront un mandat plus court que ceux qui auront été élus dès le premier tour.

Face à tant de contradictions je demeure favorable, pour ma part, à l’annulation pure et simple du premier tour de ces élections municipales, premier tour qui n’aurait jamais dû être maintenu dans de telles circonstances. En mars dernier, le président et le gouvernement ont fait preuve d’une obstination irresponsable. Il conviendrait maintenant de reprogrammer les élections municipales en 2021:  elles pourraient ainsi se dérouler en même temps partout et dans un climat assurément plus serein. Ce ne serait pas la première fois que la date d’élections municipales serait reportée: cela avait déjà été le cas avec celles de 2007, qui eurent finalement lieu en 2008 pour de vulgaires questions de calendrier électoral trop chargé. La pandémie du Covid-19 qui prévaut en 2020 n’est-elle pas une raison autrement plus sérieuse?

Malheureusement, la sagesse ne l’a pas emporté, le gouvernement ayant annoncé que le second tour devrait avoir lieu le dimanche 28 juin 2020 (sauf imprévu sanitaire!) Je regrette profondément une telle décision. Il s’agit d’une nouvelle décision absurde dans une crise qui n’en a déjà compté que trop!

Le 15 mars dernier, j’étais profondément ulcéré par le maintien du premier tour mais je suis malgré tout allé voter. Je le ferai à nouveau le 28 juin. Mais l’accumulation des inconhérences, des contradictions, des incompétences, des incongruités et des mensonges depuis février 2020 a certainement oté la dernière once de crédibilité à ceux qui, là-haut, tout là-haut, à Paris, prétendent nous gouverner.

Plus dure sera la chute!

Hervé Cheuzeville, 3 juin 2020

Hervé Cheuzeville est l’auteur de huit livres et de nombreux articles et chroniques. Ses derniers ouvrages sont « Rwanda – Vingt-cinq années de mensonges » (Editions Vincentello d’Istria, 2018)  et « Prêches dans le désert » (Editions Riqueti, 2017). Il a en outre contribué à l’ouvrage collectif « Corses de la Diaspora », dirigé par le Professeur JP Castellani (Scudo Edition, 2018). En 2018, il a fondé les Edizione Vincentello d’Istria à Bastia. Il présente une chronique hebdomadaire sur les ondes de Radio Salve Regina que l’on peut suivre en direct dans le monde entier tous les jeudis à 9 heures et à 12h30 ainsi que tous les samedis à 17 heures grâce à ce site internet: http://www.ecouterradioenligne.com/salve-bastia/ ). Il est également possible de retrouver Hervé Cheuzeville sur YouTube: https://www.youtube.com/channel/UCUbuhUdlJ5I2k5DfLVW73PA/videos

Leave a comment!

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.

You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar.

JavaScript est actuellement désactivé. Afin de pouvoir poster un commentaire, s'il vous plaît contrôlez que les Cookies et JavaScript sont activés puis rechargez la page. Cliquez ici pour savoir comment activer JavaScript dans votre navigateur.