Mes Chroniques »

Réflexions d’un auteur devenu éditeur malgré lui

23/07/2019 – 1:00 | No Comment | 1547 views

Depuis 2003, j’écris des livres. Huit à ce jour, plus un neuvième, un ouvrage collectif[1] publié l’an passé, à l’initiative du regretté Docteur Edmond Simeoni. Depuis le premier livre, « Kadogo, enfants des guerres d’Afrique centrale[2] » …

Read the full story »
Actualités
Histoire
Actualités
Tourisme
Corsica
Home » Corsica, Mes Chroniques

Réflexions d’un auteur devenu éditeur malgré lui

Submitted by on 23/07/2019 – 1:00 No Comment | 1547 views

Depuis 2003, j’écris des livres. Huit à ce jour, plus un neuvième, un ouvrage collectif[1] publié l’an passé, à l’initiative du regretté Docteur Edmond Simeoni. Depuis le premier livre, « Kadogo, enfants des guerres d’Afrique centrale[2] » j’ai changé plusieurs fois de maison d’édition, sans jamais réussir à trouver l’éditeur idéal : contrats souvent léonins, manque de promotion, faible diffusion, promesses non tenues, tels furent les principaux problèmes rencontrés. Autrefois homme de terrain, en Afrique et ailleurs, je me suis progressivement retrouvé à aller de salons du livres en foires diverses, tant en Corse et qu’en France continentale, obligé de faire l’article pour mes livres, tel un vendeur de tomates au marché. Notez bien que j’ai le plus grand respect pour les vendeurs de tomates, surtout quand elles ont du goût, ce qui est malheureusement devenu très rare ! Ces salons m’ont cependant permis d’aller à la rencontre des lecteurs, de faire des connaissances, de me lier d’amitié avec d’autres auteurs.

En 2017, mon livre « Prêches dans le désert » était publié aux éditions Gabriel Riquetti, une maison d’édition établie dans une ruelle du vieux Grasse. Son patron et moi devînmes amis (du moins, c’est ce que je croyais).  En janvier 2018, je l’ai reçu chez moi, à Bastia. À l’époque, je pensais que je pourrais l’aider à diffuser ses publications en Corse. Mais, au fil de nos conversations, il m’a convaincu de m’associer à lui afin de créer une maison d’édition locale. N’ayant jamais été éditeur, n’ayant pas non plus dirigé de sociétés, j’hésitais beaucoup avant, finalement, d’accepter. Je pensais qu’avec la solide expérience de mon partenaire, nous réussirions. C’est ainsi que j’enregistrais à Bastia la création d’une SARL baptisée « Edizione Vincentello d’Istria« . Le premier ouvrage publié fut mon propre livre « Rwanda, vingt-cinq années de mensonges » qui fut imprimé par Gabriel Riquetti, à Grasse.

Le temps des déconvenues arriva rapidement. Ni « Prêches dans le désert » ni « Rwanda, vingt-cinq années de mensonges » n’ont été diffusés correctement. Il en a été de même pour le livre du Père David Gnadouwa, « Le Prêtre, l’Imam et l’Athée« , un ouvrage auquel j’avais contribué et dont j’avais rédigé, avec ma mère, la préface. Alors que mon partenaire pourfendait, sans doute avec raison, les géants comme Amazon, la « librairie en ligne » des Editions Gabriel Riquetti cessa de fonctionner, sans que l’on eût jugé bon de m’en avertir, alors que je recommandais à tous mes contacts à travers le monde de passer par elle pour commander mes livres. Pire, je me retrouvais seul, tout seul, pour gérer une SARL alors que je n’avais aucune expérience en ce domaine. Mes appels téléphoniques et mes courriels restaient tous sans réponse.

J’ai malgré tout accepté de continuer à travailler à la publication d’un essai, fruit de plusieurs années du travail d’un ami, vieux militant nationaliste corse, Christian Mondoloni. En lisant le manuscrit, qui avait été refusé par plusieurs autres maisons d’édition plus connues, je me rendis rapidement compte que j’avais entre les mains un document exceptionnel et qu’il me fallait le publier, sans craindre les éventuelles controverses qu’un tel livre ne manquerait pas susciter. En octobre 2018, j’en discutais à Bastia avec le Docteur Edmond Simeoni, qui m’encouragea à faire paraître ce livre et en me promettant de contribuer à sa diffusion dans toute l’île et au-delà. Si, en désaccord avec le contenu du manuscrit, il avait tenté de me dissuader de le publier, sans doute l’aurais-je écouté. Mais il m’a bien au contraire encouragé à aller de l’avant, allant jusqu’à me téléphoner régulièrement, pour savoir où en était le projet et quand sortirait le livre (sa publication, initialement prévue pour novembre, fut plusieurs fois retardée). Hélas! Le 14 décembre, Edmond décéda. À mon deuil profond s’ajouta l’immense regret de ne pas avoir eu l’honneur et le plaisir de lui remettre le livre, qui n’est finalement sorti qu’en janvier 2019.  Depuis le début de cette année, j’ai passé une grande partie de mon temps sur les routes de Corse, afin de faire connaître et de diffuser « Corse : Indépendance« , le fameux livre de Christian Mondoloni, publié par Edizione Vincentello d’Istria. Aujourd’hui, le livre est disponible dans plus de 70 points de vente à travers l’île, ainsi que dans quelques autres en France continentale. Mis à part une interview de Christian Mondoloni dans le quotidien « Corse-Matin » et une autre dans je journal en ligne « Corse Net Info« , cet ouvrage a eu peu d’écho médiatique. Le bouche à oreille a cependant joué un grand rôle dans sa diffusion, y compris le bouche à oreille virtuel, c’est-à-dire dans les réseaux sociaux.

Certains n’ont sans doute pas compris ma décision de publier « Corse : Indépendance« . J’assume totalement cette décision. Je considère que cet essai est un excellent bilan de deux siècles et demi de Corse française. Sa sortie coïncide en effet avec le 250ème anniversaire de la défaite de Ponte Novu et de la fin de l’éphémère État corse, démocratique et indépendant. En lisant ce livre, on découvre l’envers du décor : la véritable histoire de la Corse durant ces 250 dernières années, loin des discours officiels et des images d’Épinal. Oui, c’est un fait, Christian Mondoloni se prononce sans ambiguïté aucune pour l’indépendance de la Corse, considérant que, dans le « problème corse », le véritable problème, c’est la France. Le lecteur est libre d’approuver ou de désapprouver une telle conclusion, une telle finalité, qui est encore très loin de faire l’unanimité au sein de la société corse. Cependant, il faut aussi avoir la lucidité de constater qu’au gré des erreurs, du mépris et des provocations de l’État français et face aux fins de non-recevoir du pouvoir envers les demandes formulées démocratiquement par les citoyens corses pour une autonomie de gestion, l’idée de l’indépendance est une idée qui fait son chemin. Je suis donc reconnaissant à Christian Mondoloni d’avoir su l’exprimer tout en étayant sa revendication indépendantiste de solides arguments historiques, économiques et légaux. En publiant « Corse : Indépendance« , je suis heureux d’avoir contribué au débat d’idées en Corse et j’espère que ce livre sera également lu par les Français du continent, trop souvent intoxiqués par les clichés réducteurs véhiculés depuis trop longtemps par une certaine presse parisienne.

Depuis la parution du livre de « Corse : Indépendance« , mon « partenaire » a fini par m’informer qu’il changeait complètement d’activités : il se consacre désormais entièrement à un petit journal local qu’il a lancé à Grasse[3] et qu’il porte à bout de bras. Je n’ai pas de place dans un tel projet et lui pense sans doute qu’il n’a plus aucun rôle à jouer au sein des Edizione Vincentello d’Istria… C’est dommage, mais il me faut désormais assumer cette « indépendance », même si, n’étant pas éditeur de profession et n’ayant aucune expérience commerciale, je regrette un peu de me retrouver seul dans une telle aventure ! La porte de Vincentello est cependant ouverte à ceux qu’une telle aventure tenterait. Face à cette désertion au milieu du gué de mon partenaire grassois, j’ai décidé de faire réimprimer mon « Rwanda, vingt-cinq années de mensonges« , qui porte désormais fièrement sur sa couverture la mention « produttu in Corsica[4]« . L’Imprimerie Sammarcelli, de Biguglia, a fait un travail remarquable et mon livre y a gagné en qualité. C’est également cette imprimerie qui a fabriqué, à ma demande un très beau roman historique d’un autre ami : « Tuer l’Empereur« , de Philippe Chiaverini. Ce livre avait été (mal) édité, voici quelques années, par une autre maison d’édition (mauvaise présentation et absence total de travail de correction). Philippe tenait à donner une nouvelle vie à son beau roman. Nous y avons donc travaillé, tous les deux. Il a ajouté une très intéressante préface et enrichi l’épilogue de nombreuses et nouvelles informations historiques. Quant à moi, j’ai rajouté un grand nombre de notes de bas de page, afin de rendre le texte plus facilement compréhensible pour les lecteurs peu familiers avec l’univers corse. L’action de ce roman se déroule en Corse et à l’île d’Elbe, entre 1785 et 1815. À travers les aventures de son héros, Orsu, l’auteur nous fait découvrir deux pages méconnues de la saga napoléonienne : l’expédition désastreuse de la Maddalena, en 1793, et le bref règne de l’empereur déchu sur l’île toscane, si proche de Bastia, en 1814 – 1815. J’espère d’ailleurs que la reparution de ce beau roman contribuera, un tant soit peu, au resserrement des liens entre les deux îles voisines, Corsica et Elba. Christian Mondoloni et Philippe Chiaverini ne partagent sans doute pas les mêmes opinions politiques. Il est cependant incontestable qu’avec leurs livres, très différents l’un de l’autre, ils ont fait œuvre utile pour la connaissance de l’Histoire de la Corse. Je suis donc fier d’avoir un peu contribué à ce travail, pour les Corses d’aujourd’hui et pour ceux de demain ainsi que pour tous ceux qui s’intéressent à la Corse et à son destin.

Quel sera l’avenir d’Edizione Vincentello d’Istria ? Il est trop tôt pour le dire. Le niveau des ventes de « Corse : Indépendance » et de « Tuer l’Empereur[5] » pèseront sans doute lourd dans les choix que je serai amené à faire prochainement. Mais je sais déjà que je ne pourrai pas continuer encore longtemps à poursuivre cette aventure seul.

Hervé Cheuzeville, 23 juillet 2019.

Hervé Cheuzeville est l’auteur de huit livres et de nombreux articles et chroniques. Ses derniers ouvrages sont « Rwanda – Vingt-cinq années de mensonges » (Editions Vincentello d’Istria, 2018)  et « Prêches dans le désert » (Editions Riqueti, 2017). Il a en outre contribué à l’ouvrage collectif « Corses de la Diaspora », dirigé par le Professeur JP Castellani (Scudo Edition, 2018). En 2018, il a fondé les Edizione Vincentello d’Istria à Bastia. Il présente une chronique hebdomadaire sur les ondes de Radio Salve Regina que l’on peut suivre en direct dans le monde entier tous les jeudis à 9 heures et à 12h30 ainsi que tous les samedis à 17 heures grâce à ce site internet: http://www.ecouterradioenligne.com/salve-bastia/ ).

[1] Corses de la Diaspora, Scudo Éditions, 2018. Il s’agit d’un ouvrage collectif coordonné par Le Professeur Jean-Pierre Castellani.

[2] Publié aux éditions l’Harmattan (2003).

[3] « Grass’ Mat’ »

[4] Made in Corsica.

[5] Ces deux livres, ainsi que « Rwanda, vingt-cinq années de mensonges », « Prêches dans le désert » et « Le Prêtre, l’Imam et l’Athée » peuvent être commandés aux Edizione Vincentello d’Istria, 903, avenue de la Libération, 20600 Bastia, ed.vincentello@gmail.com 

 

Leave a comment!

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.

You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar.

JavaScript est actuellement désactivé. Afin de pouvoir poster un commentaire, s'il vous plaît contrôlez que les Cookies et JavaScript sont activés puis rechargez la page. Cliquez ici pour savoir comment activer JavaScript dans votre navigateur.