Mes Chroniques »

Pour une mise hors la loi de l’islamisme politique

20/08/2017 – 8:15 | No Comment | 207 views

Mon dernier livre, « Prêches dans le désert[1] », paru au début de cette d’année, n’est pas vraiment constitué de prêches. Les différentes chroniques qui le composent constituent plutôt un cri. Un cri d’alarme, un cri d’indignation …

Read the full story »
Actualités
Histoire
Actualités
Tourisme
Corsica
Home » Actualités, Histoire

Sinaï : la chasse aux Chrétiens est ouverte

Submitted by on 28/02/2017 – 7:30 No Comment | 376 views

Le Sinaï est une très vaste péninsule qui s’enfonce dans le nord de la mer Rouge, formant deux profonds golfes : à l’ouest, celui de Suez, prolongé depuis le XIXe siècle par le canal du même nom, la sépare du continent africain tandis qu’au sud-est, celui d’Akaba la sépare de la péninsule arabique. Les côtes septentrionales de cet immense triangle de 60 000 km₂ sont baignées par la mer Méditerranée orientale. D’un point de vue strictement géographique, le Sinaï fait partie du continent asiatique. Mais politiquement et administrativement, il fait partie d’un pays africain, l’Égypte. C’est d’ailleurs loin d’avoir toujours été le cas. Cette terre a souvent été âprement disputée entre ses voisins, depuis la plus haute antiquité jusqu’à la guerre du Kippour (1973) et les accords de paix de Camp David (1979), qui ont permis sa restitution à l’Égypte. Au fil des siècles, de nombreuses armées l’ont traversé dans les deux sens, d’est en ouest ou d’ouest en est.  Les troupes françaises de Bonaparte en 1798, le corps expéditionnaire britannique du général Allenby en 1917 et les armées d’Israël en 1956 et 1967 ont utilisé les mêmes pistes que celles empruntées par les envahisseurs hyksôs ou par l’armée de Ramsès II en route pour Qadesh, par les conquérants arabes ou par les Croisés.

Cette péninsule a une grande importance pour les trois religions monothéistes, puisque c’est là que Moïse aurait fait face au Buisson ardent et c’est encore là que, après avoir miraculeusement franchi un bras de la mer Rouge en fuyant les armées du Pharaon, les Hébreux auraient erré pendant 40 années, sous la conduite du même Moïse. Plus important encore, c’est au sommet du second plus haut sommet du Sinaï que ce prophète aurait reçu de Dieu les Tables de la Loi. Cette montagne, c’est le Mont Sinaï, qui s’élève dans le sud du territoire, culminant à 2285 mètres au-dessus du niveau de la mer.  En arabe, elle d’ailleurs appelée Djebel Moussa (le Mont Moïse). Pour les Chrétiens, cette région est doublement importante. Elle l’est, comme pour les Juifs et pour les Musulmans, à cause du prophète déjà cité. Mais elle l’est aussi car c’est là que s’élève le plus ancien monastère chrétien encore en activité, celui de Sainte Catherine, qui fut fondé au Ve siècle. C’est d’ailleurs le plus vieil exemple au monde d’architecture byzantine.  Il s’agit d’un monastère orthodoxe constituant l’archevêché orthodoxe du Sinaï, lié canoniquement au Patriarcat de Jérusalem. Il est bâti à 1570 mètres d’altitude, sur les pentes du Mont Sainte-Catherine, point culminant de la péninsule (2642 mètres au-dessus du niveau de la mer).  Selon la légende, le monastère fut édifié sur le site d’une chapelle dont la construction aurait été ordonnée en 337 par l’impératrice Hélène, la mère de l’empereur Constantin. Toujours selon cette légende, le lieu en fut choisi par Hélène car elle était convaincue que c’était à cet endroit que se trouvait le Buisson ardent. Un arbuste, identifié à ce dernier, existe encore dans l’enceinte du monastère. C’est sous le règne de Justinien que fut construit, entre 548 et 562, un monastère fortifié. Au Moyen-Âge, le Monastère Sainte-Catherine était un haut lieu de pèlerinage, attirant chaque année des milliers de Chrétiens. De nos jours, il compte encore une vingtaine de moines, Grecs pour la plupart. Le monastère abrite une très riche collection d’icônes ainsi que la deuxième bibliothèque de manuscrits anciens au monde (après celle du Vatican).

La péninsule du Sinaï est en grande partie désertique. La région ne compte en effet qu’environ quatre cents mille habitants, des Bédouins pour la plupart. S’ils sont Égyptiens de nationalité, ces Bédouins musulmans sont originaires de la péninsule arabique et les frontières étatiques n’ont guère de signification pour eux. Ils ont de la parenté en Israël, en Jordanie et en Arabie Saoudite.  Depuis les années 80, le Sinaï a connu un fort développement touristique, en particulier grâce aux stations balnéaires de Taba et de Sharm el-Cheikh.

Le Sinaï est aussi devenu la terre de tous les trafics. Trafic humain avec ces passeurs sans scrupules qui promettent aux migrants africains, principalement soudanais, de les faire entrer clandestinement en Israël. Nombre de ces migrants n’ont jamais atteint l’Etat hébreu : ils ont été tués soit par les passeurs, soit par la police égyptienne. Des rumeurs de trafic d’organes ont même couru : des corps de migrants auxquels il manquait certains organes auraient été retrouvés. Trafic d’armes et de marchandises diverses avec Gaza, car au nord-est, le Sinaï a, pour son malheur, une courte frontière avec ce territoire contrôlé par le groupe armé islamiste Hamas. C’est sans doute à partir de Gaza que la peste de l’islamisme radical s’est répandu dans la péninsule, à l’époque où un président islamiste dirigeait l’Égypte. Depuis la destitution de Mohamed Morsi, les actes terroristes se sont multipliés dans le Sinaï, visant principalement la police ou l’armée égyptienne. Le 24 octobre 2014, un attentat suicide fit 30 morts parmi les militaires. Face à la montée du djihadisme et à l’importance du trafic d’armes en provenance de Gaza, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi ordonna, le 29 octobre suivant, la mise en place d’une zone-tampon à la frontière avec la bande de Gaza, obligeant des dizaines de familles à quitter ce secteur du nord-est de la péninsule. Un véritable blocus a été mis en place, et des tunnels illégaux servant au passage transfrontalier d’hommes et de matériel ont été détruits. Le 10 novembre 2014, Ansar Bait al-Maqdis, le plus important groupe armé djihadiste égyptien, principalement implanté dans le Sinaï, annonça son allégeance à l’État islamique, prenant le nom de « Wilayat Sinaï ». Le 31 octobre 2015, un Airbus A321 de la compagnie russe Metrojet s’est désintégré au-dessus du Sinaï, faisant 224 victimes. Il venait de décoller de la station balnéaire de Sharm el-Cheikh et ramenait des touristes russes à Saint-Pétersbourg. Il a depuis été confirmé qu’il s’agissait bien d’un acte terroriste, un engin explosif ayant été dissimulé à bord de l’appareil. Cette action avait d’ailleurs été revendiquée par l’EI.

Le 20 février dernier, le terrorisme islamiste au Sinaï a pris une nouvelle dimension. L’EI a en effet diffusé une nouvelle vidéo, annonçant que les Chrétiens de la péninsule, qualifiés de « mécréants », seraient désormais des cibles privilégiées. Depuis des années, les Chrétiens du Sinaï vivent dans la peur. L’essentiel de cette communauté se trouve à al-Arish, au nord de la péninsule. L’évêque Makarios, basé à Ismaïlia mais en charge du diocèse Suez-Nord-Sinaï, n’ose plus y envoyer de prêtres. C’est un diacre qui s’occupe de la communauté d’al-Arish. Depuis la diffusion de la vidéo de l’EI, sept Chrétiens du Sinaï ont déjà été assassinés dans le secteur d’al-Arish. L’un d’eux a été décapité, tandis qu’un autre était brûlé vif. Le corps calciné de ce dernier a été découvert au bord d’une route. Celui de son père, criblé de balles, gisait à proximité. Un autre Chrétien a été abattu et sa fille égorgée, sous les yeux de la famille, avant que leur maison ne soit incendiée. Ces actes odieux ont créé la panique au sein de la petite communauté chrétienne d’al-Arish. Des milliers de Chrétiens ont préféré prendre la fuite pour trouver refuge à Ismaïlia et à Suez, sur la rive ouest du canal (donc hors du Sinaï) ; d’autres sont arrivés au Caire. Il s’agit bien d’un véritable nettoyage ethnique, ou plutôt religieux, auquel on assiste depuis quelques jours dans la péninsule du Sinaï, cette terre où des Chrétiens ont vécu sans discontinuer depuis les premiers temps du christianisme.

Sant’ Antone u Rimitu, Soriu di Tenda (Corse)

Cette tragédie n’est qu’un aspect de celle qui frappe depuis des années les Chrétiens d’Égypte et que j’ai déjà eu l’occasion d’évoquer. On se souviendra en particulier de l’ignoble attentat à la bombe du 11 décembre dernier, commis pendant une messe à l’église Botrossiya du Caire et qui fit 25 morts et 49 blessés. Face à ce drame qui se joue à trois heures d’avion de la France, le monde va-t-il rester silencieux encore longtemps ? Peut-on rester sans réagir alors qu’au Sinaï et ailleurs en Égypte des Chrétiens sont assassinés pour le seul fait d’être restés Chrétiens ? Jour après jour, les tristes nouvelles venues de cette antique terre chrétienne confirment que ces Chrétiens n’ont guère d’autre choix que la valise ou le cercueil. En Corse et ailleurs dans le monde, nombre d’églises ou de chapelles sont dédiées à Saint Antoine le Grand, le fondateur du monachisme chrétien. Il serait bon de se rappeler que ce célèbre ermite des IIIe-IVe siècles était égyptien. Saura-t-on faire preuve d’un peu de solidarité envers les descendants de ses disciples ?

Hervé Cheuzeville, 28 février 2017.

(Hervé Cheuzeville, est l’auteur de six livres et de nombreux articles et chroniques. Son dernier ouvrage « Des Royaumes méconnus » est paru chez Edilivre en deux tomes, le premier consacré à des royaumes d’Asie, le second à des monarchies africaines. Basé à Bastia, il présente une chronique hebdomadaire sur les ondes de Radio Salve Regina. Son septième ouvrage, intitulé « Prêches dans le désert », paraîtra en mars 2017 aux Editions Riqueti).

 

Leave a comment!

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.

You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar.

JavaScript est actuellement désactivé. Afin de pouvoir poster un commentaire, s'il vous plaît contrôlez que les Cookies et JavaScript sont activés puis rechargez la page. Cliquez ici pour savoir comment activer JavaScript dans votre navigateur.