Mes Chroniques »

Pour une mise hors la loi de l’islamisme politique

20/08/2017 – 8:15 | No Comment | 214 views

Mon dernier livre, « Prêches dans le désert[1] », paru au début de cette d’année, n’est pas vraiment constitué de prêches. Les différentes chroniques qui le composent constituent plutôt un cri. Un cri d’alarme, un cri d’indignation …

Read the full story »
Actualités
Histoire
Actualités
Tourisme
Corsica
Home » Mes Chroniques

Via crucis : le pape face aux barbares

Submitted by on 07/04/2015 – 4:56 No Comment | 1 619 views

Je-suis-KenyanRendons hommage au Pape François pour son courage. Lors du Chemin de la Croix il a osé s’exprimer clairement au sujet des persécutions dont sont victimes les Chrétiens de par le monde. « Aujourd’hui nous voyons nos frères persécutés, décapités et crucifiés pour leur foi en Toi, sous nos yeux ou souvent avec notre silence complice » a déclaré, de sa voix douce, le Saint-Père, qui est allé jusqu’à dénoncer la « furie djihadiste », sa « brutalité insensée »! On est loin du honteux communiqué de l’Elysée qui, au sujet de la tuerie de l’université kenyane, omettait de préciser que la plupart des victimes fut froidement abattue du fait de son appartenance au christianisme. Aujourd’hui, nos grands médias accordent une place démesurée au projet de lycéens de s’attaquer à une mosquée de Montélimar. Ce projet, s’il est confirmé, est bien-sûr condamnable et ses concepteurs mériteront d’être punis. Mais qu’est-ce qui est plus grave, entre un projet non exécuté et l’attaque de l’Université de Garissa ? Attaque durant laquelle un tri ignoble a été fait, entre Musulmans, dignes d’avoir la vie sauve, et Chrétiens, à massacrer ? Que fait notre intelligentsia, si prompte à s’indigner lors de la tuerie de Charlie-Hebdo ? Où sont les pétitions, les manifestations de rue et les pancartes « Je suis un étudiant kenyan chrétien » ?

Il est urgent de prendre conscience du péril qui menace le monde. Ce péril, il faut oser dire son nom, comme l’a fait le pape. Il se nomme djihadisme. Par ses actions délibérément cruelles et odieuses, il n’est pas inexact de qualifier ce terrorisme islamiste de nouveau nazisme, voire de nazislamisme. Cette vague monstrueuse n’a pas de frontières, elle sévit sur au moins trois continents avec des méthodes similaires, que ce soit au Nigéria, au Mali, au Kenya ou en Tunisie, au Pakistan, en Irak ou en Syrie, à Montauban, à Toulouse, à Bruxelles ou à Paris. Le calcul électoraliste consistant à refuser de nommer ce péril, par crainte d’ « amalgame », revient à faire la politique de l’autruche. Les conséquences de cette politique sont désastreuses et elles le seront encore davantage demain. Non, il ne s’agit pas de stigmatiser les Musulmans, dont les droits individuels sont garantis par la constitution française, comme ceux de tous les citoyens. Il s’agit de dénoncer la minorité inculte prétendant parler au nom de l’islam. En la dénonçant clairement, aucun amalgame n’est fait, bien au contraire. Il s’agit même d’un service à rendre à la majorité des Musulmans qui a bien du mal à se faire entendre.

N’oublions pas que bon nombre des victimes de cette barbarie islamiste sont des Musulmans, depuis les Nigérians du nord jusqu’aux Shiites ou aux Soufis, de la Libye au Pakistan en passant par l’Irak. Certes, les communautés chrétiennes d’Orient et les Yazidis sont les premières victimes des nazislamistes de l’Etat Islamique (1) et il est juste de se solidariser avec eux. Il ne faut pas rester « neutre », comme le voudrait la RATP qui a interdit de mentionner les Chrétiens d’Orient dans une campagne publicitaire pour un concert. Les bourreaux de l’E.I. savent utiliser de manière redoutable les nouvelles technologies pour mettre en scène leurs crimes odieux. Il convient d’utiliser les mêmes moyens qu’eux afin de les dénoncer et de démonter leur propagande mensongère et obscurantiste. Pour cela, il faut dénoncer courageusement, comme le Pape François l’a fait durant la Via Crucis, cette nouvelle barbarie.

Hervé Cheuzeville, 4 avril 2015

(1) Et non « DAESH » comme il conviendrait de l’appeler selon le « politiquement correct » élyséen.

NB: cet article est paru dans « Boulevard Voltaire » le 5 avril 2015: http://www.bvoltaire.fr/hervecheuzeville/via-crucis-le-pape-face-aux-barbares,168974?fb_comment_id=fbc_874802249228767_875270282515297_875270282515297#f3377546ebf2bf8

Leave a comment!

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.

You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar.

JavaScript est actuellement désactivé. Afin de pouvoir poster un commentaire, s'il vous plaît contrôlez que les Cookies et JavaScript sont activés puis rechargez la page. Cliquez ici pour savoir comment activer JavaScript dans votre navigateur.